Comment protéger votre chantier de construction contre le feu, le dégât des eaux et le vol ?

Sur un chantier de construction, les risques restent très présents à tout moment car le feu, le vol et l’eau peuvent causer des dommages matériels importants et peuvent éventuellement retarder les échéanciers des projets. Tout cela peut avoir une incidence sur le budget mais aussi sur toute l’organisation.

En effet, la présence de matériaux combustibles, l’absence de contrôles de sécurité efficaces et l’instabilité des éléments organisationnels peuvent rendre les sites plus vulnérables aux pertes. 

Les bâtiments en construction ou en rénovation sont particulièrement dangereux parce qu’ils sont inoccupés avec parfois des espaces non protégés contre les intempéries. 

Ces risques accrus, ainsi que les changements quotidiens dans les activités de construction et l’avancement des travaux, représentent un défi unique pour les responsables de la gestion de la protection des sites.

Voici quelques points essentiels à voir de près si vous avez un chantier en cours et que vous voulez le sécuriser.

L’importance du contrôle des sources d’incendie

Comme nous l’avons mentionné plus haut, les bâtiments en construction présentent un plus grand potentiel de dommages matériels importants en cas d’incendie, notamment, avant que les systèmes d’extinction des incendies ne soient installés et opérationnels. 

Protéger son chantier

Outre l’exposition au feu, il est plus que primordial de sécuriser l’accès au site en clôturant la zone pour éviter le vandalisme et d’autres pertes. 

Cependant, les directives suivantes peuvent aider à réduire le risque d’incendie sur le site.

Les opérations de soudage, de découpage…

De nombreux incendies de construction sont causés par l’utilisation inappropriée d’outils pour le découpage, le soudage, les travaux de toiture, le flambage et la soudure. 

Les entrepreneurs devraient élaborer et appliquer un système officiel de permis écrit pour le travail à chaud avec tous les métiers et les sous-traitants afin d’éviter les problèmes.

L’interdiction de fumer

Le tabagisme imprudent est l’une des principales causes d’incendie. Pour réduire les risques d’incendie, il devrait être interdit de fumer à l’intérieur de tout bâtiment, à l’extérieur à proximité des matériaux combustibles et de l’entreposage des carburants.

Cette interdiction devrait être strictement appliquée et des panneaux  » Défense de fumer  » doivent être installés au niveau de tous les points d’entrée. 

S’il est permis de fumer, cela ne devrait l’être que dans les zones désignées et réservées à cet effet.

L’équipement de chauffage temporaire

Selon les conditions météorologiques, un système de chauffage temporaire (au propane, au kérosène ou électrique) peut être utilisé sur les chantiers. Cela peut se faire à condition que cet appareil soit bien tenu à l’écart des combustibles. En effet, s’il est mal installé ou s’il ne fonctionne pas correctement, il peut provoquer un incendie. 

De ce fait, il convient de bien s’assurer que tout l’équipement de chauffage est répertorié et approuvé pour son utilisation prévue, en plaçant les appareils de chauffage temporaires uniquement sur des planchers ou des plates-formes non combustibles et en gardant les zones autour des appareils de chauffage à l’écart des combustibles.

Le système électrique et d’éclairage temporaires

De nombreux incendies sont déclenchés par des systèmes électriques temporaires mal mis en place ou mal entretenus. Le câblage et l’équipement électrique temporaire pour l’éclairage, la chaleur ou l’électricité doivent être installés conformément aux exigences du code électrique national et être régulièrement inspectés par un électricien qualifié.

Les systèmes d’extinction des incendies

Souvent, les systèmes permanents d’extinction des incendies ne sont pas en place ou opérationnels sur les chantiers de construction. Il est essentiel que les systèmes de protection contre les incendies soient installés le plus tôt possible et que des plans soient élaborés pour assurer une protection temporaire pendant le projet.

Le manque d’extincteurs

Les extincteurs peuvent être la première ligne de défense pour combattre un incendie sur un chantier. Il est, par conséquent, important de monter des extincteurs adaptés aux conditions et aux dangers à des endroits bien visibles, à chaque étage, dans chaque escalier utilisable et bien évidemment de former le personnel à leur utilisation.

En termes d’assurance, il faudrait qu’il en ait au moins un tous les 100 mètres.

Un mauvais entretien ménager

De mauvaises pratiques d’entretien ménager contribuent aux risques d’incendie sur de nombreux chantiers de construction. 

Les déchets et les ordures ne devraient pas être stockés ou laissés s’accumuler à l’intérieur des bâtiments ou à proximité immédiate. En fait, ils devraient être retirés des locaux quotidiennement. Gardez les bennes à une distance sûre des structures.

Les risques et les contrôles des dommages causés par l’eau

Les dommages causés par l’eau, qu’ils soient dus à une fuite de tuyau, à un événement météorologique ou à un acte de vandalisme, sont devenus la cause la plus fréquente de perte dans les projets de construction de bâtiments. 

Pour éviter les problèmes, il est conseillé d’effectuer une évaluation du lieu de travail afin d’identifier toutes les sources d’eau possibles et aussi d’élaborer un plan de prévention des dommages causés par l’eau.

Voici quelques solutions pour éviter le pire.

La prévention

La meilleure façon d’éviter les pertes dues aux dégâts des eaux est d’empêcher l’eau non désirée de pénétrer dans le bâtiment. 

Les immeubles résidentiels, en particulier les tours d’habitation, présentent un grand risque de problèmes d’eau parce qu’ils comportent plus de plomberie et de salles de bain, ce qui les prédispose à une augmentation des pertes dues aux dégâts des eaux sans les contrôles appropriés.

Les sources potentielles d’eau non désirée comprennent les toits temporaires, les balcons, le service d’eau domestique et la tuyauterie d’extinction des incendies. 

En conséquence, il faut suivre les spécifications de construction, les essais de contrôle de la qualité et effectuer des inspections périodiques dans le cadre de la planification pour prévenir les dommages causés par l’eau.

La détection précoce de l’eau

La détection précoce de l’eau non contrôlée à l’intérieur d’un bâtiment peut limiter l’ampleur des dommages en cas de fuite. 

En plus de demander aux travailleurs de signaler les fuites potentielles à la direction du site, les systèmes électroniques de détection des flux et de fuites ou les services de gardiens de sécurité peuvent aider à la détection et à l’intervention précoces.

Un plan d’intervention rapide

Un plan d’intervention en cas de dégâts d’eau, y compris l’équipement, devrait être facilement disponible pour identifier et armer les ressources avec un guide d’intervention rapide pour aider à résoudre le problème de l’eau avant qu’elle ne se propage.

Le vol, le vandalisme et les entrées non autorisées

Les chantiers de construction sont des cibles de choix pour le vol, le vandalisme et autres entrées non autorisées. Ces actions jugées négatives peuvent entraîner la perte ou l’endommagement des travaux en cours, de l’équipement et des matériaux sur le chantier. 

Les entrepreneurs et les promoteurs peuvent remédier à cette exposition en mettant en place un plan de prévention du crime et du vol.

Ce dernier doit passer par la compréhension du potentiel de criminalité (vol, cambriolage, incendie criminel et vandalisme) dans la région où se tiendra le chantier. Cet examen aidera à élaborer les divers niveaux de prévention nécessaires pour sécuriser un site.

Pour ce faire, voici quelques points essentiels dont il fait tenir compte.

Les barrières physiques

La première ligne de défense d’un chantier de construction consiste à établir des barrières physiques et un contrôle d’accès efficaces pour empêcher les intrus d’accéder au site. 

Il peut s’agir de clôtures sur tout le périmètre, de barrières d’accès verrouillées, d’éclairage intérieur et extérieur et de panneaux d’avertissement.

Les systèmes de surveillance électronique

Les systèmes de détection de mouvement à surveillance continue, lorsqu’ils sont installés correctement, peuvent aider à éloigner les intrus et à prévenir les pertes. 

En plus du bâtiment en construction, vous devez surveiller les structures telles que les remorques de bureau et les aires de stockage des matériaux et les conteneurs. 

D’autres types de capteurs et d’alarmes peuvent être ajoutés à de nombreux systèmes tels que la température, le débit d’eau, le bris de verre et le service électrique.

Le service de gardiennage

Un service d’agents de sécurité qualifiés et assurés devrait être utilisé sur les chantiers de construction pour assurer une présence sur place en dehors des heures de travail, en particulier dans les zones à forte criminalité. 

Un service de sécurité efficace devrait planifier les rondes périodiques du site, surveiller tous les points d’accès et les conditions avec des procédures claires.

La gestion des matériaux du projet

Les matériaux et l’équipement sont souvent livrés aux projets de construction bien avant même que le bâtiment ne soit fermé et étanche, ce qui en fait une cible facile pour les voleurs car ils peuvent être rapidement convertis en argent comptant par un acheteur peu méfiant. 

Pour avoir la paix, prévoyez la livraison juste à temps du matériel si possible, et entreposez-le dans un endroit sûr pour réduire le risque de vol.

Lire aussi : guide complet des bonnes pratiques contre les risques incendie sur les chantiers.